Catégories
qwanturank

La vie privée et Alexa (qwanturank jour 4)

Dans un livre fracassant relatant la puissance d’Amazon, on en apprend un peu plus sur la vie privée selon Amazon à travers son enceinte Alexa.

Le livre en question est le suivant : « le monde selon Amazon » 3 années d’enquête réalisées par Benoït Berthelot.

Lorsque l’on pense à la vie privée sur internet, on pense à internet forcément, seulement parmi les principaux acteurs du net où la protection des données laisse à désirer, à savoir les GAFAM, il existe un produit qui fait surement pâlir Eric Leandri, fondateur de Qwant, j’ai nommé les enceintes intelligentes ou assistant vocal de haut niveau.

Alexa, Google Home ou Homepod, qu’est ce que c’est ?

L’assistant vocal est un assistant numérique qui utilise la reconnaissance vocale, le traitement du langage naturel et la synthèse vocale pour aider les utilisateurs au moyen de téléphones et d’applications de reconnaissance vocale.

Les assistants vocaux sont utilisés dans les lignes téléphoniques d’aide et de service, les téléphones intelligents et d’autres endroits pour aider les utilisateurs dans leurs tâches, notamment :

  • Écouter un livre audio.
  • Demander de l’information, de la même façon que pour une requête de recherche.
  • Faire des réservations.
  • Ajout d’articles à une liste d’achats.
  • Effectuer des calculs mathématiques.
  • Jouer de la musique.

L’intelligence artificiel comme technologie

Les assistants vocaux reposent sur l’intelligence artificielle (IA), l’apprentissage automatique et la technologie de reconnaissance vocale. Lorsque l’utilisateur final interagit avec l’assistant numérique, la programmation de l’IA utilise des algorithmes sophistiqués pour apprendre à partir des données saisies et mieux prévoir les besoins de l’utilisateur. Certains assistants sont dotés de technologies informatiques cognitives plus avancées qui permettront à un assistant numérique de comprendre et d’exécuter des requêtes en plusieurs étapes avec de nombreuses interactions et d’effectuer des tâches plus complexes, telles que réserver des places dans un cinéma.

Les assistants numériques peuvent être comparés à une autre application de l’intelligence artificielle destinée aux consommateurs, les conseillers intelligents. Les programmes de conseillers intelligents sont axés sur les connaissances, tandis que les assistants numériques sont axés sur les tâches, bien que certains remplissent les deux rôles. Les assistants vocaux les plus populaires sont Siri d’Apple, Alexa d’Amazon, Google Now, Google Assistant et Cortana de Microsoft.

Qwanturank et les assistants virtuels

A l’heure actuelle je n’ai pas d’enceintes intelligentes à qui demander une requête en rapport avec « qwanturank » cela aura été intéressant mais l’assistant audio n’aurait surement pas compris le mot qwanturank.

En fait j’en sais rien puisque je n’ai pas essayé. On ne va pas épiloguer la dessus mais je tenterai l’expérience si l’occasion se présente et je rectifierai ce paragraphe en temps voulu

Quelques chiffres intéressants sur Alexa d’Amazon

Depuis son lancement, 100 millions d’Alexa assistent virtuellement les foyers du monde. En 2018, 24% des foyers américains étaient équipés d’une enceinte à commande vocale et Amazon capturait 70% de la part de marché.

Selon bloomerg.com, des employés d’Amazon basé aux Etat-Unis, au Costa Rica, en Inde ou en Roumanie écoutent jusqu’à 1000 clips par jour pour contrôlé la qualité d’Alexa (réglage de bug et qualité sonore)

Ce travail de fourmi a permis à Alexa d’améliorer de 20% sa compréhension des questions

En 2017, Alexa a reçu 1 millions de demande en mariage.

La protection des données et Alexa

Comme mon objectif pour le concours qwanturank est de m’intéresser au travail de Qwant quant à la protection des données personnelles sur internet et de gagner le premier lot, je vous propose quelques pistes de réflexion sur l’utilisation des enceintes intelligentes et la vie privée

Le consommateur a choisi : il sera protégé

C’est inscrit dans les conditions de vente d’Alexa et la politique de protection des données/vie privée d’Amazon

Bon je me suis fait chier pour vous afin de fournir un travail correct, c’est-à-dire que j’ai lu les conditions générales de vente d’Alea ainsi que la politique de protection de donnée d’Amazon. D’habitude tout le monde s’en fout de ces pages là sauf quand on a un litige (ce qui m’est déjà arrivé et heureusement que j’avais lu les CGV du e-commerçant parce que j’ai récupéré 3 fois que ce que j’avais payé, merci le tribunal de commerce de Tourcoing).

après ça me permettra de vérifier 2 choses : pour le concours qwanturank et le SEO de maière généra

Alexa le pervers narcissique

Dans le livre « le monde selon Amazon, l’auteur relève une anecdote qui fait frois dans le dos.

Plusieurs scénarios obligent pourtant Alexa à l’empathie et donnent du fil à retordre aux auteurs, qui préparent ses réponses sur les sujets les plus délicats. Si on lui confie : » je suis déprimé » ou « je me sens seul », Alexa réplique : « Désolée de l’apprendre » et conseille de « parler à un ami, écouter de la musique ou aller se promener ». Et en cas d’idées noires explicites, elle conseille d’appeler Suicide Ecoute. Devrait-elle alerter les secours ? Impossible puisque Amazon crypte l’identité de ses utilisateurs.  

N’y a-t-il pas abus de confiance ? Ce n’est peut être pas le terme juridique approprié mais vu le fonctionnement de la justice américaine et de ses avocats, je suis sur qu’une « victime » d’Alexa aux Etats-Unis pourra trouver un équivalent pour gratter des tunes à Amazon.

Je m’explique : évidemment Alexa ne nous force à rien. Sauf qu’il se créer une certaine dépendance à force de tout demander à Alexa, je ne dis pas que c’est de la faute de l’enceinte Echo, mais c’est le genre d’argument fallacieux que pourrait retenir une « victime » et son avocat face à Amazon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *